lundi 4 avril 2016

L'histoire d'un radiateur....

Vous avez vu le titre de l'article? Ce soir je vais vous raconter l'histoire d'un radiateur...
Oui! Oui! Un radiateur !!! Un panneau électrique rayonnant de 2000 watts pour être plus précise...

Vous vous demandez le lien entre un radiateur et mes perceptions ?
Je vous raconte ça...


A la maison les brocantes sont devenues un choix de vie...
Nous vivons très simplement et l'essentiel de ce qui compose notre maison est chiné sur les brocantes de la région...

Lors de la brocante de la semaine dernière, Christophe avait repéré un chauffage électrique... THE radiateur en question...
Je n'étais pas franchement emballée par l'achat d'un chauffage car cela fait partie de ce que l'on appelle "les achats utilitaires"... Indispensables certes... mais aux antipodes des "achats plaisirs".
Ce n'est cependant pas cela qui motiva mon opposition à cet achat...

Je vous ai déjà raconté l'histoire de ma lampe il y a quelques mois...
Et bien depuis il y a comme une sorte d'accord tacite entre ma petite tribu et moi... Nous n'avons jamais rien signé, jamais rien dit non plus, mais chaque fois que quelqu'un est sur le point d'acheter d'occasion un objet électrique, il me montre l'objet en question et il sait que si je ne m'y oppose pas il peut l'acheter en toute confiance... Ce qui est le cas la plupart du temps, car heureusement la grande majorité des personnes sont honnêtes...
Au début c'était plus pour me charrier qu'autre chose je pense, mais c'est devenu une sorte de rituel...

Alors lorsque ma petite voix m'a soufflé qu'il ne fallait pas acheter ce radiateur, je me suis tout naturellement opposée à cet achat.
Christophe qui avait déjà engagé la conversation avec le vendeur qui avait l'air fort sympathique me fit remarquer que le radiateur était à un prix imbattable, que c'était une grande marque, encore dans son carton d'emballage, dans un état impeccable, que ses propriétaires s'en séparaient juste pour une question de design mais qu'il n'avait aucun problème...

J'entendis ses arguments mais ma petite voix était catégorique. Non c'était non.

Contrarié Christophe me répondit qu'à 4 euros nous ne prenions pas un grand risque et me rappela que nous avions déjà trouvé un précédent chauffage de la même puissance à prix similaire et qu'il fonctionnait très bien !
Certes, mais cette fois j'étais en alerte alors je ne lâchais rien.
Agacé, mon petit mari finit par acheter le radiateur  en grommelant qu'il avait bien conscience qu'il prenait un risque, ne fut-ce que de 4 euros,  qu'il en assumerait l'entière responsabilité si arrivés à la maison le radiateur ne fonctionnait pas mais que cela le rassurait de penser que je délirais à plein tube avec mes perceptions concernant les objets et qu'il ne voyait d'ailleurs pas vraiment comment cela pouvait être possible.
Donc il préférait penser que j'avais eu beaucoup de chance avec ma lampe... Que depuis, chaque fois que je m'étais opposé à un achat personne n'était allé contre et que du coup personne ne pouvait prouver que ma petite voix n'était pas infaillible... Mais qu'il allait s'en charger ce jour même!

Ouch!!!
Je me retrouvais dans le même état d'esprit qu'il y a quelques années torturée entre l'envie que ce radiateur fonctionne afin de nous permettre de rentabiliser la brocante avec cet achat imbattable qui nous ferait réaliser une belle économie sur un achat peu glamour; et l'envie secret de gamine gâtée pourrie que le radiateur ne fonctionne pas, juste pour prouver que j'avais raison (wé ! Je sais... c'est un peu immature et contre-productif, et en pleine conscience je tentais de lutter contre.) 

Une fois rentrés à la maison, nous  nous empressâmes de raccorder le radiateur à l'arrivée électrique et je dû bien reconnaître qu'il chauffait très bien.
Alors j'étais heureuse de l'économie réalisée mais fortement contrariée par cette instinct en lequel je croyais dur comme fer et qui venait de montrer ses limites.
Pour autant, chaque fois que je doutais ma petite voix en rajoutait une couche et ne démordait pas de sa position: il ne fallait pas acheter ce radiateur!!!

Je présentai donc mes excuses à Christophe reconnaissant qu'effectivement le radiateur chauffait très bien mais que je ne pouvais m'empêcher d'être inquiète car ma petite voix était toujours aussi catégorique malgré l'évidence de l'instant... je lui demandais donc de ne pas laisser tourner le chauffage en notre absence , lui expliquant que je n'avais pas confiance en lui et qu'il lui faudrait faire ses preuves quelques temps avant que je ne dénigre totalement mes perceptions...

Lui, rassuré par le bon fonctionnement de son achat accepta pour me rassurer de rester vigilant à son égard...
Chose qui fut totalement inutile car la deuxième fois où j'ai allumé ce fichu chauffage, il démarra quelques minutes et se coupa pour ne jamais redémarrer.

Forcément, ma petite voix lâcha un :
- Alors????? C'est qui qui avait raison ??? Hein ???
Et méa culpa j'avoue tout , je me sentis grandement soulagée quand ce chauffage rendit l'âme.

"Soulagé" je ne pense pas que ce soit le terme approprié pour décrire l'état de Christophe qui poussa jusqu'à me demander si je n'avais pas influencé le chauffage pour qu'il rende l'âme (?!?!?!?! J'ai mis cette question sur le dos de la stupéfaction et de la mauvaise foi)

Quoi qu'il en soit, je suis de plus en plus interpellée par cette faculté que j'ai de percevoir le bon fonctionnement des objets...
J'ai déjà lu des articles sur la psychométrie,  sur ces personnes capables de ressentir l'histoire d'un objet rien qu'en le touchant (genre la table qui a appartenu à un roi et accueilli des banquets.... ou la statuette sculptée par un chaman au fin fond d'une forêt primaire ou capable de dater une momie rien qu'en la touchant mais je n'ai jamais rien lu ou vu de similaire).
D'ailleurs je me demande bien à quoi cela peut servir un don pareil...
A ne pas se faire avoir sur les brocantes me direz-vous... Oui mais en dehors de cela ?
Est-ce là les prémices d'une future psychométrie à moi ?
Est-ce juste une manière qu'à trouvé ma petite voix de me prouver sa fiabilité en nous offrant des preuves terre à terre... Car je ne peux pas vraiment parler de mémoire de l'objet... Je ne les touche pas, je ne les ressens pas... Juste je sais, on me souffle...
Pourquoi? comment?
Je n'en sais encore rien... Mais si parmi mes lecteurs quelqu'un a déjà vu ou lu des histoires similaires ou dispose des mêmes perceptions je serais ravie d'échanger avec lui sur le sujet...
En attendant, j'espère au moins vous avoir distrait et avoir ouvert un peu l'étendue du champ des possibles.