jeudi 19 novembre 2015

Coming Out virtuel...

Imaginez vous… 

Après avoir remonté un long couloir aussi étroit que haut sous plafond , vous arrivez devant la dernière porte, celle sous laquelle vous aviez vu la raie de lumière s’infiltrer dans la pénombre depuis le haut de l'escalier… 
Vous restez quelques secondes sur le seuil, la main sur la poignée sans oser pousser cette vieille porte… 
Vous savez que vous avez quelques minutes de retard parce que vous avez mis plus de temps que prévu pour vous convaincre que vous devez y aller… 
C’était pourtant inévitable… 
Un jour où l’autre il faudra pousser cette porte alors autant que ce soit aujourd’hui. Maintenant que vous êtes là, vous n’allez quand même plus rentrer chez vous… 
La boule au ventre vous tendez l’oreille à l’écoute du moindre indice de ce qui peut bien se tramer dans cette salle… Sont-ils nombreux ? Que disent-ils ? 
D’un coup vous êtes pris de panique… Et si quelqu’un à l’intérieur vous reconnaissait ? Qu’il le répétait et que cela s’ébruitait… Comme par superstition, vous chassez rapidement cette idée de votre esprit, comme si ne plus y penser pouvait empêcher que ce scénario catastrophe se produise. 
Vous savez que lorsque vous allez pousser cette porte, vous serez découvert… Vous serez écouté, mais vous serez aussi jugé… Vous avez beau vous répéter intérieurement que vous vous êtes toujours fichu éperdument du regard des autres, cette fois c’est différent. Cette fois il ne suffit plus d’assumer une voiture verte fluo ou de traverser une ville en Trottinette habillé haut en couleurs sous le regard des autres quadragénaires jaloux et envieux qui ne se permettent plus ce genre de folie… Ca c’était facile. 
Non cette fois cela touche à quelque chose de plus profond… Cette fois cela touche une vieille blessure que vous croyiez cicatrisée et qui finalement se révèle être encore bien vive… 
Cela touche l’essence de votre être. Qui vous êtes vraiment… 
Cela bouscule tout ce en quoi vous aviez toujours cru et vient tout remettre en cause… 

Il va falloir pousser cette porte et entrer… 

Combien de secondes ou de minutes se sont-elles écoulées depuis que vous êtes arrivés sur ce paillasson qui n’aurait rien à faire au beau milieu d’un couloir si il n’y figurait pas un énorme « welcome » destiné sans doute à retenir tous ceux qui auraient été tentés de faire demi-tour? 15 secondes ? 2 minutes peut-être ? Vous êtes incapable de le dire…
La seule chose qui tourne en boucle dans votre tête c’est "Il faut entrer maintenant »… 
Vous sentez votre coeur battre à tout rompre dans votre poitrine et votre corps tout entier fait écho à ces battements. Une bouffée de chaleur vous envahit. En levant la main pour attraper la poignée, vous vous rendez compte que vous tremblez comme une feuille. Vous tentez de vous ressaisir, de respirer bien à fond pour retrouver une contenance… Et c’est un brin agacé par l’état dans lequel vous êtes que vous poussez enfin cette porte, franchement. A l’instant où elle s’ouvre et que la surprise se lit sur les visages qui se retournent sur vous, vous réalisez que la panique et la réflexion du paillasson vous a fait perdre vos bonnes manières : Vous n’avez même pas frappé et vous faite irruption dans cette salle surprenant tout un groupe de personnes assises autour d’une table. Ouch!

Vous êtes dedans là ? Bon je ne suis pas écrivain mais je fais de mon mieux pour vous emporter dans mon univers… Que vous puissiez, l’espace de la lecture d’un Post, imaginer le "quart du tiers de la moitié" de ce que je peux ressentir en publiant aujourd’hui ce premier article sur ce blog que je me devais d’ouvrir depuis trop longtemps… 

On y retourne? 

Il y a tous ces yeux rivés sur vous et vous , vous ne voyez qu’une seule chose : La table !!! 
Dans votre tête c’est l'explosion : Comment ça il y a une table ??? Dans les films il n’y a jamais de table!!! Tout le monde est censé être assis en cercle mais il n’y a jamais de table au milieu!!! Pourquoi n’y a-t-il jamais de Table d’ailleurs ? Sans doute pour rapprocher les personnes… pour qu’il n’y ait pas d’obstacle entre elles dans ces moments déjà suffisamment pénibles où on a besoin de se sentir soutenu et entouré… C’est ça… Cette table est un obstacle! Comment se fait-il que personne ne semble dérangé par cette table? Vous ne pouvez quand même pas leur dire que vous refusez de vous joindre au groupe tant qu’il y aura cette table au milieu de la pièce. D’un rapide coup d’oeil autour de vous vous réalisez que cette énorme table en bois massif vieille de plusieurs dizaine d’années occupe quasiment tout l’espace et qu’il reste à peine la place pour se déplacer entre les murs et les chaises occupées… Cette pièce est finalement bien plus petite que vous ne  vous l'étiez imaginée…D’un coup vous vous sentez à l’étroit…
Non, finalement cette table n'est pas un obstacle, cette table est devenu un prétexte ! Un prétexte pour fuir... 
Et si vous refermiez la porte en présentant quelques excuses, que vous faisiez demi-tour et que vous partiez en courant… Après tout, personne ne vous connaît, et vous pourriez tout aussi bien vous être trompée de salle. Oui voilà ! C’est ça ! C’est ce que vous vous apprêtez à faire sauf que vous venez sans doute de passer trop de temps immobile sous le regard de tous car une voix douce et bienveillante s’élève de l’assemblée, vous salue chaleureusement et vous invite à vous joindre au groupe : cela tombe bien dit-il, il reste une chaise de libre, à croire qu’ils vous attendaient tous. 

Trop tard... c’est trop tard ! 
Vous y êtes, vous ne pouvez plus reculer. Vous venez de laisser filer votre dernière chance de fuite et d’anonymat… 
Il faut y aller maintenant… un pied devant l’autre… jusqu’à cette chaise… 


Permettez, je reprends le fil du récit à la première personne… 


Je suis là, morte de trouille, Je ne peux plus reculer… 
Les yeux du groupe sont rivés sur moi et tous attendent que je dise quelque chose… 
Vous, vous venez de lire cet article jusqu’ici et attendez la chute… 
Je suis arrivée jusque Là… 
Le blog est crée… 
Je dois parler… 

Je me lance : 
- Bonjour Je m’appelle Sophie, Fofie pour les intimes, J’ai 38 ans et je suis... Voyante!


Les secondes qui suivent cette annonce semble des minutes, les minutes sembles des heures et les heures semblent des jours. 
Je suis morte de trouille… Mais je suis là! 
J'ai crée ce Blog a des fins thérapeutiques parce que les "Voyantes Anonymes" n'existent pas dans la vraie vie, sans quoi je m'y serais inscrite... (Remarquez... Je peux toujours les créer...)


Vous allez découvrir au travers mes articles, enfin si vous décidez de participer au voyage, mon histoire, mais aussi celle d'anonymes que la Vie a placé sur mon chemin... Je vous raconterai pourquoi je déteste tant les voyantes... Comment j'ai pris conscience que la Vie avait un sens de l'humour bien spécial... Et puis tout un tas de confessions que je ne pouvais pas publier sur mes deux autres blogs... 

Alors ? Vous me suivez ???

2 commentaires:

  1. Bien sûr que je te suis ! C'est pas dommage, que tu aies enfin ouvert ce blog.
    C'est drôle, intuitivement je me demandais, moi qui ne te connais pas -encore- "pour de vrai", quand tu allais te décider à le faire ...

    RépondreSupprimer
  2. J'aime bien le style!
    "VA" comme... VAS-y quoi! hihihi!!!!

    RépondreSupprimer